À propos du Yoga

Etymologie du mot Yoga

Le mot Yoga vient du sanscrit et signifie « lier », « se mettre en relation », « unir ». Étymologiquement le mot ‘yu’ a donné ‘joindre, joug’.

Origine du yoga

Le yoga, né en Inde, est une voie qui nous permet d’explorer notre dimension intérieure, corporelle et spirituelle.
Transmis de génération en génération depuis des millénaires, le yoga est bien antérieur au christianisme. Ses différentes traditions s’appuient sur des textes philosophiques en sanscrit, tels que les Upanishad, au IVème siècle av. JC, les Vedas et la Bhagavad-Gītā apparus entre les Vème et IIème siècles av. JC. Ces textes nous parlent en nous aidant à cheminer

Pour son enseignement, Yoga Sourire Intérieur puise dans le Yoga Sûtra, traité rédigé par le sage mythique Patanjali, deux ou trois siècles avant notre ère. Patanjali définissait le yoga comme ‘la maîtrise des flots de la pensée’. Un Sûtra est un fil ou aphorisme. Les écrits des Sûtras s’enchaînent pour exposer une philosophie toute entière qui synthétise les expériences et les philosophies déjà abordées dans les textes des époques antérieures. Ce sont comme des leçons de vie qui surprennent par leur actualité. Bien que liées à des traditions orientales, elles sont transposables et applicables à la culture occidentale.

Le livre comporte quatre chapitres, eux-mêmes subdivisés en Sûtras, qui correspondent chacun à une étape évolutive à suivre pour arriver à l’état final de Kaivalya, la libération. Ces quatre chapitres sont:

  • Samadhi padah: le Samâdhi est cet état déconditionné, de plénitude, de tranquillité dans lequel on est libre et/ou libéré des automatismes du comportement et de la pensée.
  • Sadhana padah amène, par la discipline et des exercices spirituels, à se dégager de l’emprise des Kleshas, ces souffrances qui affectent nos actions et laissent des traces en nous. Apprendre à les gérer va avoir un effet sur notre manière de vivre, d’être et d’agir.
  • Vibhuti padah concerne quelque chose de spécial, qui est en chacun de nous, résultat d’un travail accompli ou d’un événement. C’est un potentiel qui peut apparaître si les conditions sont rassemblées.
  • Kaivalya padah, ce chapitre explique pourquoi le yoga est différent des autres systèmes et en quoi consistent ces différences. C’est l’étape ultime du cheminement libérateur.

Les Yoga Sûtras de Patanjali ont largement été traduits et commentés en Europe et ailleurs. YSI recommande deux interprétations :
Frans Moors (2007): « Patanjali yoga- sūtra », publié par Les Cahiers de Présence d’Esprit
Françoise Mazet (1991): « Les Yoga sūtra ou Yogasūtra », publié chez Albin Michel

Deux aphorismes en sont les points de voûte et illustrent selon nous la pratique du yoga: Yogah citta vritti nirodha (I.2) concerne la prise de conscience de l’arrêt de l’activité automatique du mental, autrement dit le contrôle du mental pour l’orienter. Sthira sukham âsana (II.46) s’intéresse à la posture qui, une fois stable et ferme, procure alors un réel bien-être.
Le yoga peut être considéré comme un cheminement vers la cessation des vagues du mental.

© 2009-2010 Yoga Sourire Intérieur - Powered by WordPress - Design luxiole - Dessins © Marie-Françoise Delarozière